AQPER - Association québécoise de la production d'énergie renouvelable
AQPER - Association québécoise de la production d'énergie renouvelable
AQPER - Association québécoise de la production d'énergie renouvelable

On parle de l'un des membres de l'AQPER dans l'édition du 9 septembre dans Les Affaires. Inukshuk Synergie développe des « solutions clé en main » pour aider les communautés autochtones et les entreprises minières du Grand Nord à convertir leurs installations de chauffage au diesel en un système alimenté à la biomasse. 

L’entreprise de Mashteuiatsh, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, fait des études de faisabilité en partenariat avec des populations et des sociétés établies dans des lieux où les biomasses « brutes » émanant de l’industrie forestière ou agricole ne sont pas accessibles. 

Les services de l’entreprise de Mashteuiatsh, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, sont en demande là où les biomasses « brutes » émanant de l’industrie forestière ou agricole ne sont pas accessibles aux alentours. 

« La solution que l’on met de l’avant est la granule de bois, explique sa présidente, Mélanie Paul. Ce sont des résidus forestiers qui ont été traités pour atteindre un niveau d’humidité et une densité énergétique permettant d’avoir un combustible stable, qui se transporte bien et qui brûle efficacement. » 

L’attrait de cette source d’énergie est son empreinte environnementale réduite, comparativement aux énergies fossiles. « Lorsqu’on brûle de la biomasse, on émet dans l’atmosphère du CO2 qui aurait été libéré de toute façon, mais sur une plus longue période, à mesure que les débris de bois se seraient décomposés », détaille Mathieu Béland, coordonnateur à Vision Biomasse Québec, un regroupement voué à la promotion du chauffage à la biomasse forestière. 

Mélanie Paul précise qu’elle ne « réinvente pas la roue » en proposant cette solution énergétique dans le Grand Nord. « La granule de bois est un combustible utilisé partout dans le monde, aussi bien dans un contexte résidentiel, commercial ou industriel ». Si le Québec a peu recours à cette filière énergétique, c’est principalement en raison du faible coût de l’hydroélectricité. 

Le contexte du Grand Nord est toutefois particulier : la plupart des communautés autochtones et des sites miniers qui s’y trouvent ne sont pas raccordés au réseau principal d’Hydro-Québec. Par conséquent, une majorité d’entre eux se chauffent et s’éclairent au mazout ou au diesel. 

Lire l'article

Joomla SEF URLs by Artio
FaLang translation system by Faboba
All rights reserved - Association québécoise de la production d'énergie renouvelable

Advanced Search

x
 
Search for:

Search Only:
voici text du popup