Print
L’AQPER tient à souligner l’adoption finale du projet de Loi 106 qui permet la création de Transition énergétique Québec et qui permettra donc de donner le coup d’envoi réel à l’implantation de la Politique énergétique 2030.

D’autre part, au-delà de l’enjeu climatique, une telle politique est essentielle sur le plan économique. D’importantes retombées économiques pour le Québec sont attendues tant en termes de balance commerciale, de compétitivité, de croissance économique que de création d’emplois. De fait, en réduisant de 30 % l’utilisation de produits pétroliers importés et en augmentant de 30 TWhéq la production à partir d’énergies renouvelables, l’AQPER avait établi que le Québec bénéficierait d’investissements globaux de 30 milliards $ dans l’économie de l’ensemble de ses régions. Une réduction de 40 %, telle qu’établie par le gouvernement, aura donc des effets structurants encore plus significatifs.

La transition énergétique qu’amorce le Québec a le pouvoir de dynamiser l’ensemble de son économie et de ses régions : c’est n’est plus ni moins la Baie-James du 21e siècle.

En terminant, rappelons que l’AQPER avait fait valoir en commission parlementaire l’importance de se doter de cibles intermédiaires et par filière afin d’assurer un suivi rigoureux de la transition énergétique.

L’AQPER voit en TeQ un grand chef d’orchestre qui permettra à tous les intervenants de faire leur part. « Tous les membres des différentes filières d’énergie renouvelable au sein de l’AQPER sont prêts à contribuer activement, par leur savoir-faire, leurs réalisations actuelles et futures, à l’atteinte des objectifs de TEQ », explique monsieur Samray. Et à ce chapitre, elle souhaite vivement que la Table des parties prenantes prévue dans la loi devienne un véritable forum permanent de réflexion et surtout d’échange avec les différents acteurs des filières d’énergie renouvelable.

Joomla SEF URLs by Artio
FaLang translation system by Faboba