Print

1er juin 2015 – La publication récente d’une enquête menée pour le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) visant à mesurer la perception des Québécois à l’égard de l’énergie et des changements climatiques démontre un intérêt marqué de la population à l’égard des énergies renouvelables. L’Association québécoise de la production d’énergies renouvelables (AQPER) se réjouit de plusieurs des conclusions du rapport, même s’il y est également démontré que beaucoup reste encore à faire en matière d’information et d’éducation sur les enjeux énergétiques du Québec.

 «Cette étude constate que les Québécois et les Québécoises veulent en savoir davantage en matière d’énergie. Un travail de vulgarisation doit cependant être réalisé afin d’aider la population à mieux comprendre la situation actuelle. Nous sommes également heureux d’y trouver plusieurs données démontrant la volonté populaire de développer les filières énergétiques propres. En agissant de la sorte, le Québec consolidera sa position de leader nord-américain en matière d’énergies renouvelables », a indiqué Jean-François Samray, président-directeur général de l’AQPER.

L’Association considère également que la reconnaissance du réchauffement climatique et l’identification des facteurs qui en sont la cause sont des prérequis nécessaires pour modifier les habitudes de consommation des énergies fossiles.  Les personnes sondées ont également choisi les énergies renouvelables (au deux tiers pour l’éolien) comme moyen de changer la situation, et ce, même si les projets sont situés dans leurs voisinages.  L’investissement dans les filières énergétiques renouvelables est finalement identifié comme étant une action prioritaire à réaliser. Il s’agit là d’une excellente nouvelle pour une industrie qui arrive à maturité et qui peut améliorer la balance énergétique et commerciale québécoise.  

Il est important de rappeler qu’un des objectifs premiers de l’AQPER est de collaborer à l’amélioration des habitudes de consommation de la population. Pour ce faire, elle vise à faire passer de 44% à 52%  la part du renouvelable dans le portefeuille énergétique du Québec sur la période couverte par la prochaine politique énergétique. C’est pourquoi l’Association désire poursuivre ses activités d’éducation et d’information auprès des intervenants et du grand public afin de contribuer activement à la démystification de l’industrie.

« Toutes les occasions qui nous permettront de dialoguer avec les Québécois pour améliorer l’empreinte environnementale de notre consommation seront les bienvenues.  Nous devons poursuivre notre travail, mais nous ne pouvons que nous réjouir de voir l’intérêt des citoyens pour l’énergie propre et pour nos filières renouvelables », a conclu monsieur Samray.

Joomla SEF URLs by Artio
FaLang translation system by Faboba